Critique de film : L’incroyable Hulk (2008)

Pour tout fin connaisseur de comics qui se respecte, les super héros un peu moins médiatisés, pour ne pas dire deCritique de film : L'incroyable Hulk (2008) dans Critiques hulk1 seconde zone, comme Union Jack, War Machine, La Guêpe, Captain Marvel, Diablo, etc….  ne recèlent plus aucun secret. Mais pour le grand publique, certaines idoles comme Daredevil, Thor, Aquaman ou Green Lantern sont de parfaits inconnus. Il n’y a que très peu de super-héros dont au final on peut affirmer à coup sur que votre grand mère ou votre oncle ont au moins une fois entendu parler : Superman, Batman, Spiderman. Même les très populaires Iron-Man et Captain America ne sont encore pas connu par la population ne s’intéressant ni aux comics ni au cinéma en France. Mais à cette liste de trois personnages peut s’ajouter un quatrième : Hulk. La série consacré au monstre vert dans les années 80 à été un tel succès que l’on peut à coup sur parier que tout votre quartier connaît l’alter égo de Bruce Banner. Faire un film sur un super héros si connu et si populaire n’est pas une mince affaire. Ang Lee s’y est risqué en 2003, et le resultat pour moi est plus que mitigé. Le rendu de ce film était plutôt très moyen et n’a laissé aux fans de la maison des idées que très peu de souvenirs impérissables. Pour l’Incroyable Hulk, Cocorico, c’est un français qui a été choisi pour la réalisation de ce film! En effet, Louis Leterrier, à qui l’ont doit notamment Le Transporteur 1 et 2, Asterix et Obélix Mission Cléopatre et Le choc des titans, a su séduire Marvel qui lui a laissé carte blanche pour réaliser ce film. L’acteur qui incarne Bruce Banner n’est ni plus ni moins que le très talentueux Edward Norton, que j’apprécie tout particulièrement. Norton a posé une condition à sa présence dans le film : qu’il puisse participer à l’écriture du scénario, ce qu’il fit. Voici une partie du synopsis : Caché dans les favelas brésiliennes, Bruce Banner (Edward Norton) tente de percer le secret de la maladie génétique qui l’afflige. À chaque fois que son pouls grimpe en flèche, en raison du stress ou de la colère, ce scientifique réputé, autrefois exposé à une forte dose de rayons gamma, se transforme en géant vert invincible, impulsif et parfois même meurtrier. Banner vient toutefois d’être retrouvé par l’armée américaine qui veut dupliquer ses propriétés génétiques afin de créer un nouveau type de soldat invincible. Le scientifique parvient cependant à prendre la fuite et retourne aux États-Unis dans l’espoir de mettre la main sur le protocole médical responsable de sa mutation, ce qui l’aiderait dans sa quête de l’antidote à son mal. Bruce espère également revoir sa fiancée Betty, biologiste qu’il a grièvement blessée lors de sa première mutation. Or, c’est le père de la jeune femme, le général Ross, qui, aux côtés d’Emil Blonsky, un soldat d’élite en mal de pouvoir, coordonne la traque de Banner. Ce film est pour moi une vraie réussite. Norton incarne à merveille Banner, la réalisation est soignée et les effets spéciaux extrêmements réalistes. Un film à voir et à revoir pour ceux qui apprécient ou non le monde des super-héros. Une vraie bouffée de fraicheur. Seule petit bémol, c’est certainement la première et dernière fois qu’ Edward Norton incarne le scientifique. En effet, il a refusé de participer au film Avenger pour lequel il aurait aussi souhaité imposer sa patte scénaristique, ce qui lui a été refusé. C’est donc Mark Ruffalo, bon acteur mais bien moins charismatique qui incarnera désormais Hulk sur grand écran. Et Louis Leterrier dans tout cela? Il réalise Insaisissable, qui sortira courant 2013 avec justement Mark Ruffalo et Morgan Freeman. Mais là où il est très attendu, c’est pour le film « Metal Gear Solid » tiré du jeu vidéo éponyme, qui devrait sortir sur nos écrans d’ici deux ou trois ans.

Les « + » :

Un scénario en béton

Edward Norton

Des effets spéciaux et une réalisation irréprochables.

L’apparition surprise de Tony Stark à la fin du film.

 

Les « - » :

C’est la première et la dernière fois qu’on verra Norton endosser le costume D’Hulk

On en redemande

Ma note : 9/10

hulk2 dans Critiques

 

 

 

JLA / Avengers

Ce projet JLA/Avengers a longtemps été retardé et après une vingtaine d’année d’attente c’est en 2003 que sort le titre exceptionnel de Kurt Busiek et George Pérez. Il s’agit du cinquième cross-over depuis 1976 après les deux Superman/Spider-man, le Batman/Hulk et X-men/Jeunes Titans.

Quand la frontière entre le monde DC et Marvel se brise et que les monstres et ennemis envahissent chaque côté, les héros doivent partir à la recherche de douze objets dont 6 provenant de leur monde et 6 de l’autre côté. Il s’agit en fait d’un jeu mené par de puissantes forces et dont les pions sont les héros. Ainsi la Justice League va découvrir un univers où un tyran nommé Fatalis règne sur des nations entières et où les mutants meurent de maladies. Les Vengeurs eux découvrent un monde où les héros sont glorifiés et pensent y voir une version obscure du leur. Ces malentendus vont mener rapidement à un choc entre les deux équipes et en effet Superman ne tarde pas à vouloir arrêter les héros Marvel. Au lieu d’une reddition il reçoit le marteau de Thor de plein fouet. Les hostilités sont lancées et les deux camps font jeu égal. Au milieu de cette multitude de super-pouvoirs un combat où seul la technique de combat et le cerveau compte s’engage entre Batman et Captain America. A l’écart des autres, ils font la paix et vont faire équipe pour démasqué la personne qui monte les deux univers l’un contre l’autre. En effet, les deux hommes ont compris que les Vengeurs et la Ligue ne sont pas des criminels et que tout ce qu’il se passe a été planifié par quelqu’un. Cependant et afin de na pas éveiller les soupçons il est important de faire croire que les deux équipes sont ennemis c’est pourquoi il n’y a que ces deux là qui travailleront ensemble.

JLAAvengersItems001Steve Rodgers va pouvoir visiter la Batcave et en voyant le costume de Robin en vitrine il ne peut s’empêcher de demander au chevalier noir s’il a perdu un partenaire afin d’ouvrir une discussion puisqu’il a lui même vécu cela avec Bucky. Mais Batman n’est pas du genre bavard et coupe court aux frivolités pour se concentrer sur leur travail. Le Grand Maître a déjà impliqué les vengeurs dans ses jeux cosmiques et quand Captain apprend qu’il est venu rendre visite à la ligue il pense avoir trouvé le coupable. Bruce Wayne ne croit pas par contre que Metron, qui a amené les Vengeurs dans l »équation, se prête simplement à un jeu. Il faut donc savoir son rôle et les enjeux. Afin de voyager rapidement, Steve fait appel à Red Richards pour obtenir un véhicule téléporteur livré par Ben Grimm et donnant lieu a une belle interaction avec Batman.

Pendant ce temps Vengeurs et Justiciers de la Ligue se disputent les 12 objets à réunir. Le gant de l’infini tombe entre les mains de Darkseid sauf que l’artefact est inutile dans cet univers il le laisse donc tomber et Pietro et Flash, les deux personnes les plus rapides de chaque camp, vont faire la course pour l’obtenir. Le cube cosmique est le dernier élément et l’affrontement final pour l’acquisition de ce dernier est au paroxisme lorsque Pietro semble donner la victoire aux Vengeurs. L’objet est alors frappé par le bouclier de Captain America et Batman s’empare du cube. Le Grand Maitre qui allait déclaré match nul doit donc changer ses paroles et déclarer le Ligue de Justice vainqueur. A ses côté le mystérieux Krona est prié de partir et ne plus menacer le continuum par le Grand Maitre. Il refuse de partir et veut découvrir l’origine de l’univers. Il attaque son adversaire avant de faire apparaitre Galactus et de le détruire. Dans un dernier effort le Grand Maitre utilise les douze artefacts pour reconstituer l’univers.

Dans ce nouveau monde où cohabitent la Ligue et les Vengeurs seuls Captain America et Superman ont conscience de l’anormalité de la situation et il faudra l’intervention du Phantom Stranger pour recouvrer la vérité. Devant les héros passent les évènements marquants et souvent tragiques de leurs vies notamment les grands moments tels que Batman brisé par Bane (Knightfall) la mort de Robin (Death in the Family), la mort de Superman par Doomsday, Hal Jordan devenant une menace pour tous et malgré cela les héros vont faire le choix de rétablir la réalité peu importe ce qui se passera ensuite.

014avengersjla004rembra

C’est à bord des restes de Galactus transformé en forteresse qu’a lieu la bataille finale où Superman armé de Mjölnir et du bouclier de Captain va faire des étincelles. Krona finalement vaincu, les deux terres sont séparés par le Spectre, la nouvelle forme d’Hal Jordan. Après un dernier adieu chacun rejoint son monde et ainsi s’achève l’incroyable histoire de la Ligue de Justice et des puissants Vengeurs.

Au final le scénario de base est bien pensé et reste solide du début à la fin cependant  jlaavengers04Kurt Busiek en voulant montrer son respect et sa connaissance des deux univers en fait un peu trop et le récit devient trop brouillon par moment. De même au niveau des dialogues nous alternons entre des passages magnifiquement écrits et d’autres laissant de marbre. Certaines bonnes idées ne sont pas assez développées comme l’alliance Captain America et Batman qui pouvait donner lieu a un tandem en investigation avec face à eux des méchants des deux univers. Les combats entre les deux camps bien que jouissifs dans l’idée ne sont pas assez bien traités également et Busiek n’est pas le seul responsable puisque c’est justement à ces moments que les dessins sont les plus perfectibles. Néanmoins le travail du scénariste mérite d’être applaudi et nous passons un moment unique à la lecture de cette oeuvre.

Au niveau des dessins, l’artiste George Pérez fournit des planches de bonne facture dans l’ensemble mais dès que l’action arrive où qu’il y a beaucoup de personnages mis en scène j’ai du mal a accrocher au style du dessinateur. C’est davantage le deuxième épisode des 4 qui composent JLA/Avengers qui m’a le plus déçu car le troisième met en scène également beaucoup d’action et pourtant la qualité est au rendez-vous. Sur l’ensemble on peut dire que George Pérez s’en sort honorablement.

Ma note 7/10

Les points positifs :                                                        Les point négatifs :

- La rencontre des héros DC/Marvel.                                     - Dialogues pas toujours inspirés.

- Dessins honorables mais .                                                       - Trop irréguliers.

- Volonté d’intégrer beaucoup de choses mais.                      - Un fouilli sans nom au premier abord.

Les Caméos de Stan Lee

Tout le monde connait Stan Lee, le grand créateur de chez Marvel, à qui l’on doit la création des Quatre fantastiques, des X-Men, de Hulk ou encore des célèbres Spider-man et Daredevil. Stan Lee est une légende vivante. Âgé aujourd’hui de 89 ans (il en aura 90 le mois prochain) Stan Lee a depuis peu décidé de se faire plaisir en apparaissant dans chaque production des studios Marvel. En voici la liste :
  • 1989 : Le Procès de l’incroyable Hulk - Juré Foreman
  • 2000 : X-Men - Vendeur de hot-dogs sur la plage au bord de l’océan.
  • 2002 : Spider-Man - Homme terrifié qui parvient malgré tout à sauver une petite fille lors de la première apparition du Bouffon Vert
  • 2003 : Daredevil - Lecteur inconscient sauvé par le jeune Matt Murdock
  • 2003 : Hulk - Gardien discutant avec Lou Ferrigno
  • 2004 : Spider-Man 2 - Apparition lors d’une courte scène où il empêche une personne de se faire écraser par des pierres. On le voit également traverser l’écran au ralenti derrière Peter Parker, lorsque ce dernier a jeté le costume de Spider-Man.
  • 2005 : Les Quatre Fantastiques - Facteur Willy Lumpkin
  • 2006 : X-Men : L’Affrontement final - Homme en train d’arroser sa pelouse lors de l’apparition de Jean Grey
  • 2007 : Spider-Man 3 - Homme qui dit à Peter Parker : « Vous savez, je pense qu’une personne peut faire la différence… Tout est dit ! » sur Time Square
  • 2007 : Les Quatre Fantastiques et le Surfer d’argent - Lui-même, refusé au mariage de Susan et Red Richards, il dit « Je suis Stan Lee ! » au videur l’empéchant d’entrer
  • 2008 : Iron Man - Lui-même, mais pris pour Hugh Hefner, créateur de Playboy par Tony Stark
  • 2008 : L’Incroyable Hulk - Homme qui boit une bouteille de soda brésilien contaminée par le sang de Bruce Banner.
  • 2010 : Iron Man 2 - Un journaliste confondu avec Larry King par Tony Stark
  • 2011 : Thor - Le camionneur qui détruit l’arrière de son camion en essayant de tirer Mjolnir
  • 2011 : Captain America: First Avenger - en tant qu’officier disant « Je l’imaginais bien plus costaud »
  • 2012 : Avengers - Il apparaît à la fin du film en passant aux infos. « Des super-héros à New York ? Mais vous me prenez pour qui ? »
  • 2012 : The Amazing Spider-Man - Un bibliothécaire rangeant des livres en écoutant de la musique. Derrière lui se déroule un violent combat entre Spider-Man et Le Lézard dont il ne se rend même pas compte.
Les Caméos de Stan Lee stan-lee1
En Avant Première : Stan Lee interprètera un juge lors d’un concours de beauté dans le futur Iron-Man 3 et à déjà confirmé sa participation dans Ant-Man le film, prévu pour 2014!

Bruits de Couloir |
Mitsuki's Attack |
Bess88 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MADE
| Ateliermagalijob
| Majd'Art...