[Cinéma] Marvel annonce l’intégralité des films de sa phase 3!

C’est un grand moment pour les fans de cinéma et de comics qui viennent d’avoir lieu cet fin d’après-midi (heure française). En effet,  les studios Disney et Marvel ont annoncé le programme complet des films de la phase 3, qui débutera en 2016 : Demandez le programme!

 

CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR : 6 Mai 2016

 

Captain-America-Civil-War-Movie-Logo-Official-620x350

Annoncé comme le premier film de cette phase 3, Captain america Civil War prendra la source de son scénario dans le comics de Steve McNiven et Mark Millar. Ce film s’apparente d »ores et déjà comme l’un des plus attendu par les fans, du fait de la popularité immense du comics. On devrait donc retrouver Chris Evans/ Captain América face à Robert Downey Jr/ Iron man dans un face à face spectaculaire! Black Panther y fera sa première apparition

 

DOCTEUR STRANGE : 4 Novembre 2016

Marvel-Benedict-Cumberbatch-et-Doctor-Strange-en-nego-finale

Réalisé par Scott Derrickson , c’est Benedict Cumberbatch (Sherlock)  qui enfilera sans doute le costume du super héros Marvel dans ce film attendu pour l’automne 2016.

 

GUARDIAN OF THE GALAXY 2 : 5 MAI 2017

guardians-of-the-galaxy-2-110868

La suite des aventures de Rocket , Gamora et consors sera de nouveau réalisée par James Gun

 

THOR RAGNAROK : 28 Juillet 2017

Thor-Ragnarok-Official-Marvel-Movie-Logo-570x285

Le troisième volet des aventures de Thor interprété par Cheris Hemsworth reprendra l’une de ses aventures les plus célèbres : Ragnarok,  sorti en comics en 2008

 

BLACK PANTHER : 3 Novembre 2017

Black-Panther-620x370

Troisième film Marvel pour cette année 2017, c’est Chadwick Boseman qui interprétera T’Challa au cinéma.

 

CAPTAIN MARVEL : 6 JUILLET 2018

 captain-marvel-first-female-superhero-film1

Le premier film Marvel avec une super-héroïne en tête d’affiche : Carol Denvers

 

LES INHUMAINS : 2 Novembre 2018

Inhumans

Quelques mois plus tard, on retrouve un nouveau groupe de super héros très populaires au cinéma : Les Inhumains

 

AVENGERS 3 : 1ère partie 4 Mai 2018 / 2ème partie 3 Mai 2019

Avengers-Infinity-War

Premièr film Marvel divisé en deux partie, Le diptyque Avengers 3 intitulé « Infinity War » mettra un terme à la phase 3 chez Marvel Studios.

838400

 Voilà donc une grosse soirée pour les cinéphiles qui ont un planning bien rempli jusqu’en 2019! A noter que ni la veuve noire, ni Hulk n’ont toujours de films qui leur sont propres, mais apparaîtront dans les films Avengers et sans doute dans d’autres franchises.

 

Age of Ultron 1 Panini Comics

Points Positifs:ageofultronvol11

- Le travail d’édition de Panini.

- Bryan Hitch.

- Plongée dans un monde apocalyptique.

Points Négatifs:

- Trop court.

- Une mise en ambiance trop lente pour certains.



Cet event longtemps retardé puis remplacé par Avengers versus X-men a finalement été placé après avec quelques retouches et arrive enfin en France chez Panini Comics. Pour Age Of Ultron comme tous les gros évènements Marvel l’éditeur découpe l’ensemble en 6 mensuels regroupant chacun 2 chapitres. Dans cette première revue nous avons donc Age Of Ultron #1 et #2 présenté dans une superbe édition avec couverture métallisée et très belle laissant de côté la surcharge habituelle des kiosques Panini. Je pense qu’il s’agit du plus beau produit de cette catégorie que j’ai jamais eu en main et cela confirme les efforts géniaux qu’à fait l’éditeur depuis quelques temps avec notamment les Marvel Best-Sellers également magnifiques. Cependant ce qui compte c’est avant tout le contenu et donc que vaut le début de cet event dont les retours en vo n’ont pas été très bon?


Imaginez un monde contrôlé par les machines et où les survivants humains sont obligés de se cacher. Voila ce que propose Age of Ultron qui nous plonge directement dans cet univers sans explication préalable. Tout ce que nous savons c’est que l’Intelligence Artificielle créée par Hank Pym nommée Ultron est responsable de cette situation. Le premier chapitre débute avec un Hawkeye au prise avec des vilains dans ce qu’il reste de New-York. Ce dernier dans un contexte si sombre utilise son arc pour tuer ses ennemis et pas seulement les neutraliser. Après un affrontement dans lequel il parvient malgré son infériorité numérique et comme seule armes arc et arbalète à l’emporter, il délivre Spider-Man prisonnier de la bande de crapules qui souhaite l’échanger à Ultron contre des faveurs. Repérant cette activité humaine, des robots d’Ultron arrivent et détruisent la zone. Les deux héros fuient jusqu’à des égouts où ils ne trouvent pas des Tortues Ninja mais les Avengers qui ont survécu. L’accueil de Luke Cage et She-Hulk est d’ailleurs musclé et peu amical. Tony Stark scanne les deux arrivants pour vérifier qu’il n’y a pas d’infection d’Ultron. A l’intérieur du repaire de nombreux héros comme Wolverine ou Emma Frost sont présents et on reproche à Clint Barton d’être sorti, celui-ci refusant de se terrer et d’abandonner face un ami en danger. Il dit qu’il a honte de ses camarades qui ne font rien pour changer le donne. Stark lui réplique qu’IL y travaille mais Hawkeye est peu convaincu. En effet le IL est le chef des vengeurs Captain America, recroquevillé dans un coin. Ainsi s’achève le premier chapitre avec cette image rare et lourde de sens, Steve Rodgers semble avoir perdu espoir.

AGEOFUL

 

La suite part à San Francisco et se focalise sur deux autres personnages. L’une d’elle a le visage défiguré et on apprend vite qu’il s’agit de Black Widow alias Natasha Romanov accompagnée de MoonKnight. Ils trouvent refuge dans une cachette secrête de Nick Fury que personne à part elle ne peut trouver puisqu’il n’en existe aucune trace sur papier ou ordinateur (ainsi pas de problème avec Ultron) montrant une nouvelle fois à quel point l’ancien directeur du S.H.I.E.L.D est de loin le meilleur agent/espion du monde. Le duo fait le point et se met d’accord sur la suite en décidant de partir chercher d’autres héros le nom de Thor étant cité et on comprend pourquoi vu l’ampleur de la catastrophe.

On revient ensuite sur Spider-Man qui dévoile son identité aux autres car il ne sert plus à rien de la cacher désormais. Il raconte ce qu’il a vu avant d’être capturé et ce que ses ravisseurs avaient comme projet pour lui. Le récit de Peter achevé, Tony lui annonce qu’il vont essayer de survivre ce qui n’est pas suffisant pour le tisseur. C’est alors que Captain America sort de son silence et se relève, son costume abimé et son bouclier brisé, annonçant que jusqu’à maintenant ils n’avaient pas de plan ce qui sous-entend qu’il en a un maintenant.

L’écriture est comme souvent pour les derniers gros évènements Marvel donnée à Brian Michael Bendis (L’équivalent de Geoff Johns pour DC). Ce n’est pas la première fois que je le dis mais le scénariste est doué pour les débuts d’arc là où le jugement est moins élogieux c’est pour la fin mais nous n’y somme pas encore et le dernier gros crossover Avengers vs X-men m’avait conquis au contraire dans sa deuxième moitié(contrairement à Fear Itself par exemple). C’est par conséquent une mise en place très fluide, distillant action, mystère, émotions qui est proposée. Néanmoins Bendis fait le choix d’une plongée directe dans l’Age d’Ultron et nous ne savons donc pas comment cela est arrivé. Ce procédé de plus en plus fréquent est à la fois une force et une faiblesse selon la personne qui lit le titre. Pour ma part j’ai totalement apprécié et j’aime qu’on ne perde pas de temps en explication dès le départ mais que les révélations viennent au fur et à mesure. Hormis cela on sera ravi de découvrir un large casting dont un Hawkeye et une Black Widow bien mis en avant. On se sent oppressé dans ce monde dirigé par les machines et c’est le but.

 

AgeofUltronVol12Textless

Au dessin Bryan Hitch qui n’est plus à présenter. Il a signé entre autres les planches de The Authority, The Ultimates, America’s Got Power ou Captain America: Reborn. L’artiste est fidèle à lui-même et en met plein les yeux surtout au niveau des décors et des explosions. Le design des personnages est également très réussi et colle parfaitement à l’ambiance du titre. Cicatrices, barbes mal rasées accentuent l’effet de gravité pour les héros. Evidemment ce style ne plaierai pas à tous le monde et n’a rien a voir avec du Humberto Ramos, du David Finch ou du Ivan Reis. Bryan Hitch joue comme eux dans une catégorie qui lui est propre et qui fait de lui l’un de mes dessinateur favoris.

Il ne faut quand meme pas oublier le reste des artistes. A l’encrage Paul Neary dont le travail est bien visible et surtout la touche finale qui donne le ton sombre de cet event: les couleurs de Paul Mounts absolument fabuleuses.

Conclusion: N’ayant pas lu en vo Age of Ultron je ne sais pas ce qui m’attend excepté le personnage qui sera introduit dans l’univers Marvel à la fin. Aussi c’est une très bonne lecture que je retiens de ce premier numéro qui combine histoire immersive avec illustrations de luxe. Avec toutes ses qualités et le côté chic de l’édition de Panini il me semble indispensable à tout lecteur de comics vf en kiosque.

 

Ma note: 10/10

Dark Reign, un exemple de réussite pour les vilains.

Alors que le mal et les méchants prennent le contrôle de l’univers DC Comics, Marvel a il y a quelques années proposé quelque chose sur cette même idée appelé le Dark Reign. Plus une période qu’un crossover ou un event il résulte de la conclusion de Secret Invasion et débouche sur Siège. Il montre ce que devient le monde lorsque Norman Osborn devient le chef des services de sécurité du pays et des vengeurs.

Le Dark Reign commence en décembre 2008  avec un one-shot écrit par Brian Michael Bendis et dessiné par Alex Maleev. Il sera ensuite étendu à travers des mini-séries ou les titres normaux affublés d’un bandeau indiquant leur implication dans l’event.

 30998480257cdee6f271o

Tout commence donc quand Norman Osborn reçoit tout le mérite de la défaite des Skrulls et prend la place de Tony Stark à la tête du S.H.I.E.L.D. qu’il remplace de suite par son groupe H.A.M.M.E.R. Il forme une alliance, La Cabale, avec Fatalis, Emma Frost, Namor, Loki et le Hood. Enfin et pour donner une bonne image au public il créer sa propre équipe de vengeurs.

Il y joue le leader et une fusion de Captain America et Iron Man en revétant une armure de Stark customisée et appelée Iron Patriot aux couleurs de Captain.

Daken, remplace son père Logan en tant que Wolverine.

Venom lui sera le Spider-Man noir de l’équipe.

Bullseye avec ses talents fait un bon Hawkeye.

Moonstone est la seule membre féminine de l’équipe et reprend l’ancien costume de Miss Marvel.

Noh-Varr (Captain Marvel) se joint à l’équipe et Arès apporte la touche divine à la place de Thor.

Enfin Sentry est la carte maitresse comparable à Hulk.

Il ne faut pas oublier Victoria Hand, secrétaire et agent de liaison de ces Dark Avengers.

 AvengersDarkAvengersEarth616

Avec ce groupe Osborn va tout faire pour imposer son pouvoir et éliminer ceux qui s’opposent à lui dont une fameuse liste d’individus dangereux qui seront attaqués dans un titre du même nom Dark Reign: The List. Ainsi Clint Barton, Daredevil, Les X-men, le Punisher, Wolverine, Hulk, les Secret Warriors et Spider-man seront les cibles des Vengeurs Noirs. Certains passeront un sale quart d’heure tandis que d’autres s’en sortiront sans problème et parviendront à énerver un peu plus les vilains.

Malgré le désir de certains comme Hawkeye d’en finir en abattant l’oppresseur, les héros restent cachés sachant que s’ils prenaient la vie d’Osborn ils ne feraient que lui donner raison et se mettre définitivement la population à dos (qui en bon mouton est déjà du côté des vilains). Cela permet au Dark Reign de durer et entre l’attaque chez les X-men sur Utopia ou la gestion des esprits instables des membres de l’équipe, le chef du H.A.M.M.E.R a de quoi s’occuper sachant qu’il prépare quelque chose de plus grand.

Seulement lorsqu’il attaque Asgard, le président se rend compte que donner tant de pouvoir à Norman Osborn était une erreur. La révolte se réveille et Captain América rassemble ses vengeurs pour stopper la folie d’Iron Patriot et ses troupes. La fin du Dark Reign a sonné.

 

Pourquoi j’aime Dark Reign?

Cette période est un bon souvenir car elle montre les héros sous un jour nouveau. Obligés de se cacher comme certains dans Civil War sauf qu’ici ce ne sont pas d’autres héros qui les traquent mais les vilains qui sont légitimes aux yeux du gouvernement et du public. La série Dark Avengers reste l’une des meilleures idées de ces dernières années chez Marvel et met en avant des protagonistes différents. Ce titre écrit par Brian Michael Bendis et Matt Fraction s’accompagne de dessins fabuleux d’artistes de renom tels que Mike Deodato Jr, Marc Silvestri, Terry Dodson, Luke Ross ou Will Conrad.

Comment lire Dark Reign en VF.

Pour lire aujourd’hui cette période en vf il n’y a malheureusement pas cinquante solutions. Tout d’abord vous pouvez essayer de trouver les magazines Dark Reign de Panini Comics en occasion. Je vous conseille aussi les deux Dark Reign Hors-Série: La liste. Il y a des épisodes liés dans les Marvel Icons de l’époque qui peuvent être indispensable pour profiter pleinement de certaines histoires.

Sinon en plus simple et ciblé les deux volumes Deluxe Dark Avengers toujours chez Panini Comics et la fin dans le Deluxe Siège.

 

siege03

 

 

Critique The Spectacular Spider-Man 27

Pour le grand public, j’entends par là les personnes non initiées au monde des comics, les super-héros sont des des personnages bizarres, habillés en costumes moulants de préférence, passant leur journée à défendre la veuve et l’orphelin des griffes des terribles super méchant horribles et méprisables. Mais pour vous et moi, un super-héros, c’est bien plus que cela. Le super-héros, avant les super pouvoirs, c’est avant tout l’homme (ou la femme) qui seCritique The Spectacular Spider-Man 27 dans Critiques the_spectacular_spider-man_vol_2_27 cache à l’interieur. Superman serait-il le même si Clark Kent n’avait jamais connu Loïs Lane? Si Bruce Wayne n’avait jamais perdu ses parents lors d’un terrible assassinat, aurions nous un jour connu Batman? Même Bruce Banner réussit à transparaître à travaers le géant Hulk. Non les super héros ce ne sont pas seulement des ados aux collants et aux bras body buildés. Et ce n’est pas Peter Parker qui vous dira le contraire. N’en déplaise aux fans de Spiderman, vous ne verrez pas Peter Parker en costume dans ce numéro de Spectacular Spider-man. Tout le monde connaît l’histoire de l’adolescent mordu par une araignée génétiquement modifiée. L’absence de ses parents lors de son enfance et la présence bienveillante de tante May et Oncle Ben à ses côtés. Bien surla mort de celui-ci à été un instant crucial et ô cimbien important pour Peter, mais l’histoire qu’il nourrissait avec lui et sa tante était complexe et pleine de choses que vous ignorez certainement. C’est l’objet de ce spectacular SpiderMan 27. Nous sommes en hiver, Peter Parker s’apprête à célébrer les fêtes de Noël. Le jeune homme décide avant toute chose de se rendre sur la tombe de son oncle Ben qu’il aimait tant, pour lui donner un bouquet de fleurs à l’approche des fêtes. Mais surprise pour Peter, son oncle est là, debout auprès de sa tombe, bras ouvert pour l’accueillir. Peter, bien que déstabilisé, en profites pour se livrer à son oncle. Tout d’abord les deux hommes se rappellent des souvenirs d’hivers heureux qu’ils ont passés ensemble (mention spéciale aux bonhommes de neiges originaux créés par le dessinateur!!) C’est ici l’occasion de découvrir une bribe su passé de Pete Parker, de son enfance, encore méconnue, mais très intéressante. Puis Peter décide de raconter à Ben ses troubles personnels, et c’est la que toute la psychologie entre en jeu. Peter parle de la mort de Gwen Stacy, de son histoire avec Mary Jane, de la peur qu’il a de perdre sa tante, du vide laissé par la mort de son oncle. Bref, dans ce numéro, Peter Parker se confie comme jamais il ne l’avait fait auparavant dans ce numéro, très prenant, j’oserais même le mot émouvant. Le numéro s’achève sur la venue de tante May dans le cimetière ou elle rejoint son neveu. Bien sur Ben Parker à disparu, mais May comprend vite que quelquechose vient de se passer et que son neveu est devenu encore un autre homme. En définitive, pas d’action, de combat ni de scènes spectaculaires dans ce numéro, mais un épisode de Spider-Man touchant, intimiste qui tranche avec l’habitude que nous ont laissé les auteurs de comics. Un numéro qui date de juin 2005 mais qui n’a pas pris une ride et que je vous recommande chaleureusement!

 

Les « + » 

- Prenant, touchant, voire émouvant

- Une histoire hors de ce que l’on voit d’habitude

- Une originalité qui fait du bien

 

Les « - » :

- Les dessins pourraient être un peu meilleurs

- L’histoire reste courte malgré tout

 

Ma Note : 8/10

spectacularspider-man27_go dans Critiques

Avengers 7 Panini Comics

Le numéro 7 d’Avengers du mois de Janvier 2013 est composé de Avengers Assemble #5 Avengers (v4) #27, Captain America (v6) #13, Captain America and Iron Man #634 et Captain Marvel (v6) #1. Nous allons voir que le magazine est en perte de vitesse globalement avec des séries qui ont du mal à tenir la route et d’autres qui restent un vrai plaisir à lire.

Les Guardians of the Galaxy sont sur Terre et à la recherche de Thanos mais il l’ont manqués. Après avoir racontés ce qui les a menés ici, ils se montrent peu sympathiques avec les vengeurs qu’ils prennent de haut exceptée Gamora(pourtant les Guardians ça vole pas haut, Thor et Hulk leur botterait les fesses en moins de deux c’est pas parce qu’ils parcourent l’espace qu’ils doivent se croire meilleurs). Captain America découvre que l’armée à créé un nouveau cube cosmique dont s’est emparé Thanos. Le risque est énorme et les vengeurs prennent un vaisseau pour pourchasser le vilain sur une autre planète.

Brian M.Bendis livre un chapitre avec beaucoup de blabla mais une intrigue qui n’avance guère. Les dialogues sentent le réchauffé et les blagues sont trop grosses pour faire effet. La série qui commençait bien semble perdre de sa superbe et de sa fraicheur. Dans le même temps Marc Bagley continue de faire des planches très moyennes bien en dessous des premiers chapitres et de son talent. Espérons qu’Avengers Assemble va redresser la barre pour la suite.

Ma note: 7/10

9805e5c2050d13dc7e5f748c7d3c8e69

Suite aux évènements du précédent numéro d’Avengers Noh-Varr a rapporté un fragment de la force phénix à l’intelligence suprême qui le félicite mais lorsqu’il apprend que la Terre ne sera pas sauvé, le guerrier Kree se rebelle et récupère l’objet. Il est malheureusement trop tard pour la rédemption, les vengeurs qu’il vient de trahir sont arrivés et n’ont pas l’intention de lui donner une seconde chance (très puéril par ailleurs de la part des héros qui ne le laissent même pas s’expliquer). Ils repartent avec leur morceau de Phénix et laisse le pauvre Noh-Varr se débrouiller avec ses poursuivants.

Ainsi s’achève ce tie-in inutile de Brian Bendis et illustré par Walter Simonson. Les vengeurs passent pour des écervellés sans coeur et si Noh-Varr ne revient pas sur Terre en tant qu’ennemi avide de vengeance je serais déçu. Les dessins eux ne passent toujours pas.

Ma note: 3/10

Dans Captain America, Steve et ses coéquipiers parviennent à retrouver et capturer Gyrich tout en obtenant le nom de la prochaine cible de Scourge. Cap se charge de la protection de ce dernier sans se douter qu’il va avoir à faire à un adversaire plus fort que lui. Diamondback se réveille et s’empresse de dévoiler à Dugan qu’il s’agit de D-Man. Ils comprennent que Steve n’a aucune chance face à lui.

La conclusion de cet arc approche et l’étau de resserre sur le nouveau Scourge. Gyrich qui contrôle le tueur est hors-jeu et son identité n’est plus un secret sauf pour Cap. La tension augmente dans le récit d’Ed Brubaker qui gère parfaitement bien sa narration, ça ne va ni trop vite ni trop lentement. Chaque personnage joue un rôle dans l’intrigue intimiste magnifiquement illustrée par Patrick Zircher.

Ma note: 9/10

Nous avions laissés Tony et Steve dans de sales draps la dernière fois. Ils s’en sortent de justesse laissant leurs adversaires prendre la fuite. Ils doivent attraper Kashmir avant qu’elles n’utilise les données récoltés pour créer des copies de l’armure Iron Man et autres créations technologiques contaminées. Tony utilise son armure pour traquer le protocole collecteur volé mais ne peut pas combattre et laisse Cap partir seul. Il parvient à rattrapper Batroc mais peine a combattre sans aide. C’est alors qu’un Tony Stark arrive dans une armure de confection artisanale atypique et équilibre le combat. En effet le génie à créer sa première armure dans un désert avec quasiment rien donc le laisser dans un endroit rempli de technologies c’est comme noël pour lui. En avançant un peu Steve comprend que l’AIM est derrière tout cela et la présence de Modok fait taire les doutes de son ami.

A défaut de dessins très soignés par Barry Kitson nous avons droit à un scénario très divertissant de Cullen Bunn. Iron Man vole bien évidemment la vedette dans le duo et apporte humour, surprises et le côté épique.

Ma note: 7/10

http://nsm08.casimages.com/img/2013/05/25/13052506174415859211228754.jpg

Le petit dernier du magazine est Captain Marvel qui met en scène l’ex Miss-Marvel Carol Danvers qui change donc de costume et de nom à mon grand regret. Autant le dire tout de suite, l’histoire m’a profondément ennuyé et les dessins dans un style assez particulier ne m’on pas convaincus pour le moment.

Kelly Sue DeConnick nous montre Carol en plein combat avec Steve Rodgers face à l’homme-absorbant. Après leur victoire le super-soldat essaye de la convaincre de prendre le nom de Captain Marvel, titre plus noble selon lui pour quelqu’un qui a dirigé les vengeurs à plusieurs reprises. Nous suivons ensuite l’héroïne dans sa vie civile d’un ennui sans nom. Drôle de commencement pour ce titre qui d’emblée nous assomme d’un récit plat et d’un style visuel peu adapté. Je n’ai rien contre le trait et les couleurs de Dexter Soy mais c’est plutôt qu’il ne s’accorde pas avec le personnage. Je verrais bien cela pour du Punisher, Daredevil, Thunderbolts mais pas du Miss(Captain)Marvel.

Ma note: 4/10

Conclusion: Avengers 7 voit des séries qui commencent à me lasser comme Avengers Assemble qui outre un Marc Bagley qui n’offre pas ses meilleures planches souffre d’un scénario qui ne vole pas haut. Avengers termine l’histoire sur Noh-Varr de manière abrupte et peu travaillée et Captain Marvel ne fait pas des débuts fracassants. Heureusement Captain America est toujours au top tandis que Catpain America and Iron Man propose un bon moment de lecture.

Le fascicule: 6/10

Critique Avengers Babies vs X-Men Babies

C’est indéniable, tout fan de comics et particulièrement Marvel mange depuis des mois du Avengers Vs X-men à tous les repas.Critique Avengers Babies vs X-Men Babies dans Critiques 01 C’est le grand crossover Marvel Post Fear Itself dont on entend parler non stop depuis des mois dans la « comicssphere ». En France, Avengers Vs X-Men arrive très bientôt à son terme et nous allons pouvoir nous tourner vers d’autres contrées mais avant cela petit détour vers un comics assez original qui nous vient lui aussi de l’évènement AvX : Avengers Babies versus X-Men Babies. Vous ne rêvez pas le filon et la manne que représente Avengers versus X-Men va encore plus loin avec ce one-shot tout à fait singulier. L’histoire est simple: Avant d’aller se coucher, Baby Captain America décide de prendre dans ses bras tous ces nounours préférés : Soldat Nounours, Sergent Nounours, Général Nounours,… Quand tout à coup, un nounours manque à l’appel, c’est Nounours Bucky! Mais où a bien pu passer ce petit nounours charmant à l’effigie du plus fidèle acolyte de Cap? La panique est à son paroxisme quand tout à coup, Baby Cap regarde par la fenêtre dans la rue voisine, et là c’est l’horreur! Baby Cyclope est en train de s’amuser avec Nounours Bucky! Le Sang de Baby Captain ne fait qu’un tour. 16-195x300 dans CritiquesIl doit récupérer son meilleur ami! A noter que nos deux héros habitent chacun dans une rue bien nommée : Baby Captain América vit dans la rue Fury et Baby Cyclope dans la rue Xavier. Baby Capt est donc hors de lui et appelle tous les baby vengeurs au rassemblement! On voit alors arriver les héros suivant : Baby Widow, Baby Hawkeye, Baby Iron Man, Baby Thor, Baby Hulk, tout cela sous la direction de… Baby Nick Fury bien sur! Et voilà tous nos super héros qui partent à la chasse de Nounours Bucky. Se sentant acculé, Baby Cyclope n’a plus le choix il doit faire appel à toute sa bande d’acolytes, les Babies X-Men! Avec Bien sur Baby Emma Frost, Baby Iceberg, et le fameux Baby Wolverine!! La bataille est lancée et nos mini super-héros sont bien décidé à ne pas se faire de cadeau. Mais chuuuuuuut, pas question de réveiller Baby Galactus qui lui dort paisiblement sur la lune. La Lutte est extrêmement tendu, un peu comme chez leurs ainés d’ailleurs! Heureusement, Baby Phénix va venir mettre un terme a la bataille et à la dispute, et Baby Captain va retrouver Nounours Bucky! Bref vous l’aurez compris, nous sommes là face à un comics qui ne se prend pas la tête et qui permet de se détendre un peu, peut être pas de rire, mais de sourire à de nombreux moments. Un livre à mettre devant deux types de personnes : les jeunes enfants, ou leurs parents fans de second degré.

Les « + » :

Pas prise de tête

Les dessins très enfantins

Une histoire très second degré

 

Les « - » :

Pas du tout du tout indispensable

Très court

Ma note :7/10

10

 

Critique de film : L’incroyable Hulk (2008)

Pour tout fin connaisseur de comics qui se respecte, les super héros un peu moins médiatisés, pour ne pas dire deCritique de film : L'incroyable Hulk (2008) dans Critiques hulk1 seconde zone, comme Union Jack, War Machine, La Guêpe, Captain Marvel, Diablo, etc….  ne recèlent plus aucun secret. Mais pour le grand publique, certaines idoles comme Daredevil, Thor, Aquaman ou Green Lantern sont de parfaits inconnus. Il n’y a que très peu de super-héros dont au final on peut affirmer à coup sur que votre grand mère ou votre oncle ont au moins une fois entendu parler : Superman, Batman, Spiderman. Même les très populaires Iron-Man et Captain America ne sont encore pas connu par la population ne s’intéressant ni aux comics ni au cinéma en France. Mais à cette liste de trois personnages peut s’ajouter un quatrième : Hulk. La série consacré au monstre vert dans les années 80 à été un tel succès que l’on peut à coup sur parier que tout votre quartier connaît l’alter égo de Bruce Banner. Faire un film sur un super héros si connu et si populaire n’est pas une mince affaire. Ang Lee s’y est risqué en 2003, et le resultat pour moi est plus que mitigé. Le rendu de ce film était plutôt très moyen et n’a laissé aux fans de la maison des idées que très peu de souvenirs impérissables. Pour l’Incroyable Hulk, Cocorico, c’est un français qui a été choisi pour la réalisation de ce film! En effet, Louis Leterrier, à qui l’ont doit notamment Le Transporteur 1 et 2, Asterix et Obélix Mission Cléopatre et Le choc des titans, a su séduire Marvel qui lui a laissé carte blanche pour réaliser ce film. L’acteur qui incarne Bruce Banner n’est ni plus ni moins que le très talentueux Edward Norton, que j’apprécie tout particulièrement. Norton a posé une condition à sa présence dans le film : qu’il puisse participer à l’écriture du scénario, ce qu’il fit. Voici une partie du synopsis : Caché dans les favelas brésiliennes, Bruce Banner (Edward Norton) tente de percer le secret de la maladie génétique qui l’afflige. À chaque fois que son pouls grimpe en flèche, en raison du stress ou de la colère, ce scientifique réputé, autrefois exposé à une forte dose de rayons gamma, se transforme en géant vert invincible, impulsif et parfois même meurtrier. Banner vient toutefois d’être retrouvé par l’armée américaine qui veut dupliquer ses propriétés génétiques afin de créer un nouveau type de soldat invincible. Le scientifique parvient cependant à prendre la fuite et retourne aux États-Unis dans l’espoir de mettre la main sur le protocole médical responsable de sa mutation, ce qui l’aiderait dans sa quête de l’antidote à son mal. Bruce espère également revoir sa fiancée Betty, biologiste qu’il a grièvement blessée lors de sa première mutation. Or, c’est le père de la jeune femme, le général Ross, qui, aux côtés d’Emil Blonsky, un soldat d’élite en mal de pouvoir, coordonne la traque de Banner. Ce film est pour moi une vraie réussite. Norton incarne à merveille Banner, la réalisation est soignée et les effets spéciaux extrêmements réalistes. Un film à voir et à revoir pour ceux qui apprécient ou non le monde des super-héros. Une vraie bouffée de fraicheur. Seule petit bémol, c’est certainement la première et dernière fois qu’ Edward Norton incarne le scientifique. En effet, il a refusé de participer au film Avenger pour lequel il aurait aussi souhaité imposer sa patte scénaristique, ce qui lui a été refusé. C’est donc Mark Ruffalo, bon acteur mais bien moins charismatique qui incarnera désormais Hulk sur grand écran. Et Louis Leterrier dans tout cela? Il réalise Insaisissable, qui sortira courant 2013 avec justement Mark Ruffalo et Morgan Freeman. Mais là où il est très attendu, c’est pour le film « Metal Gear Solid » tiré du jeu vidéo éponyme, qui devrait sortir sur nos écrans d’ici deux ou trois ans.

Les « + » :

Un scénario en béton

Edward Norton

Des effets spéciaux et une réalisation irréprochables.

L’apparition surprise de Tony Stark à la fin du film.

 

Les « - » :

C’est la première et la dernière fois qu’on verra Norton endosser le costume D’Hulk

On en redemande

Ma note : 9/10

hulk2 dans Critiques

 

 

 

Avengers 3 Panini comics

TroisièmeAVNASS2012001covcol numéro d’Avengers avec la fin d’une série et le début d’une autre pour les vengeurs. Il comprend les épisodes Avengers Assemble #1, Avengers (v4) #23-24, Captain America (v6) 8 et Captain America and Hawkeye #630. A noter la magnifique couverture de Marc Bagley.

Avengers Assemble démarre sur les chapeaux de roues avec un ennemi du nom du Zodiaque composé de plusieurs membres représentant un signe astrologique zodiacale. Les vengeurs inaugurent leur nouvelle tour à New York avec un discours de Captain America.

De l’action, de l’humour, du mystère, un casting d’enfer et de beaux dessins, tout est réunit pour une bonne série. Brian Michael Bendis est passé maitre dans le comics grand spectacle et le style de Marc Bagley a bien évolué par rapport a ce qu’il faisait sur Ultimate Spider-man. Les planches sont détaillées, le design des personnages classe et l’action mise en scène à la perfection.

Ma note: 10/10

Une fin en apothéose pour la lutte qui oppose Osborn aux vengeurs. Madame Hydra parlemente avec le Président: en échange de Captain America il doit arrêter tous les vengeurs et les juger pour crimes de guerre. Ensuite Norman Osborn sera nommé à la tête de la sécurité du pays et avec les forces de l’A.I.M, de l’Hydra, de la Main et du H.A.M.M.E.R créera un nouvel ordre mondial. Le président demande son avis à Steve Rodgers qui répond qu’on ne négocie pas avec les terrosristes. Le chef des Etats-Unis refuse donc l’offre et Madame Hydra lance ses spider-hulks contre les militaires devant les yeux du gouvernement et de Captain impuissants. La vision se remet de la prise d’Osborn et part à sa poursuite stupéfait de voir qu’il est capable de voler. Les vengeurs eux trouvent le moyen de se libérer à l’aide de Quake la directrice du Shield et ils se regroupent autour de Hawkeye qui leur dit de fuir. Dans la pénombre ils aperçoivent les ninjas de la main et Osborn tenant dans sa main la cape de la Vision qui gît au sol. Nous assistons à un flashback expliquant que le docteur Rappaccini a injecté à Norman l’adaptoïde une arme biologique permettant d’absorber et acquérirMABfj les pouvoirs des personnes touchées. Le seul risque est qu’il faut faire attention à la dose et ne pas fusionner des pouvoirs en conflits.

De retour au présent, Hulk Rouge attaque l’ennemi qui se transforme lui-même en Hulk. Tornade expulse le monstre dehors avec une ses pouvoirs laissant l’opportunité aux autres de s’occuper des ninjas. Iron Man élimine le gros de la troupe avec des rayons multiples cependant à l’extérieur Hulk Osborn utilise déjà la foudre (pouvoir de Tornade). Tous les vengeurs attaquent en même temps mais l’adversaire contient tous les pouvoirs. Noh-varr intervient et touche l’adversaire son adn étant alien il ne fera pas bon ménage avec Norman. Les nouveaux vengeurs débarquent également et le méchant est surchargé en pouvoir ce qui provoque sa perte. 

Une menace est écartée mais une autre se prépare patiemment, L’Hydra avait prévu la défaite d’Osborn et est désormais plus puissante et dangereuse que jamais.

L’histoire se termine donc de manière classique le grand vilain étant défait mais un autre prend la relève. La narration est correcte bien que souffrant d’une précipitation car deux épisodes n’étaient pas suffisants pour en finir et comme souvent chez Marvel on préfère bâcler la fin en compressant et allant à l’essentiel. Cependant les dessins de Daniel Acuna sont très désagréables à regarder. Au final cet arc aura vu 3 dessinateurs avec à chaque changement une baisse de la qualité. Heureusement que le récit de Bendis soutient l’édifice. La défaite de Norman semble vraiment manqué de cases avec des nouveaux vengeurs qui arrivent du ciel et l’image suivante le vilain qui s’effondre sans détail.

Ma note: 6,5/10

L’histoire reprend là où on l’avait laissée avec Sharon et Steve face à l’escadron du serpent. Une fois ces derniers mis K.O, Captain se dirige vers l’émeute provoquée par la madbomb et demande à la foule de se calmer. C’est à ce moment que Captain America perd une nouvelle fois ses pouvoirs. Les gens pensent alors que c’est un imposteur et le tabassent jusqu’à ce que le Faucon porte assistance à son ami. Sharon veut des réponses et interroge l’escadron du serpent sans résultat tandis qu’au Raft le Baron Zémo fait libérer Bravo. L’agent Carter fait appel au Technoforgeron pour aider Steve mais ce dernier enfermé dans une disquette prend le contrôle des machines car il s’agit d’un piège.

Les pièces de l’échiquier se mettent en place pour le grand final de ce récit autour de la perte de pouvoir de Captain America. Le scénario d‘Ed Brubaker est toujours aussi bon et les dessins d’Alan Davis dans la même veine que précédemment, l’action y est fluide et claire, les planches n’étant pas trop chargées et les couleurs bien utilisées.

captainamerica8sharoncap

Ma note 9/10

Suite de l’affrontement entre des dinosaures et le duo Captain America et Hawkeye dans la série de Cullen Bunn et Alessandro Vitti. On découvre l’origine de ces monstres qui sont une race de lézard, les Sauriens, ramenés à la vie par Stegron. Le chapitre se termine avec Captain America en mode dinosaure qui s’en prend à Hawkeye.

Entre des dessins plutôt pas mal et quelques dialogues entre les deux protagoniste qui viennent relever le tout en pourrait s’attendre à une bonne série mais en fait le scénario manquant de potentiel et une narration qui n’avance pas cela donne une grande déception. Un épisode quasiment à combattre des monstres sachant que plusieurs pages du précédent étaient déjà sur cette action manque cruellement de saveur et on a l’impression de faire du surplace.

 Ma note: 3/10

Les deux séries Avengers bien qu’une d’entre elle se termine dans ce numéro sont une bonne lecture tandis que Captain America continue de nous faire passer un bon moment. Seule la série Captain America and Hawkeye noircit un peu le tableau car pas du tout au même niveau que les autres.

Le fascicule: 8/10

X-men 1 Panini comics

A l’occasion de la sortie d’Avengers et pour des raisons marketing qui ne me plaisent pas, les magazines Panini comics ont redémarré au numéro 1 il y a maintenant 6 mois. Changement de noms pour certains, simple retour au premier numéro pour d’autres voila le résultat.Je commence donc les critiques des fascicules Panini en commençant par X-men 1 comprenant les épisodes X-Men : Regenesis 1 ; Uncanny X-Men (2012) 1 ; X-Men Legacy 256-257.prv10033pg3

Regenesis sert en quelque sorte de conclusion est de bilan de Schism. Nous y voyons les mutants choisir leur camp suite à la fracture entre Wolverine et Cyclope. Le tout est représenté dans un contexte préhistorique où les personnages sont habillés et agissent comme une tribu qui se divise. Une très bonne idée d’autant plus que les dessins de Billy Tan sont parfaits pour le coup. En marge de cette métaphore, Kieron Gillen livre une histoire simple où les deux chefs que sont Logan et Scott parcourent Utopia pour tenter de rallier à leur cause les habitants de l’île. Il y a de bonnes surprise, notamment Psylocke qui choisit de rester tout en faisant partie d’X-Force, jouant sur les deux tableaux. Le fauve n’hésite pas une seconde et part pour l’école de Wolverine. Au moment où Scott se retrouve dos au mur car Tornade fait ses valises également, il parvient à la convaincre et obtient un allié de poids. Emma s’amuse a faire croire qu’elle veut rejoindre l’école mais ce n’est qu’une blague et elle soutiendra son compagnon jusqu’au bout. Ce sont au final les jeunes mutants qui sont le plus divisés entre ceux qui veulent aller en cours, vivre paisiblement et ceux qui préfèrent se battre sur Utopia. Une très bonne surprise pour moi que ce one-shot qui a le mérite de définir clairement qui est avec qui. Chaque discussion et choix d’un mutant entrainent une scène dans l’espèce de rêve préhistorique et j’ai adhéré à cette écriture. L’aspect graphique m’a convaincu également.

Ma note: 9,5/10

Uncanny X-men est la série du camp Summers qui en plaine réorganisation après le départ de nombreux mutants est confronté au retour d’un puissant ennemi: Mister Sinistre. Du très bon niveau dessin avec un Carlos Pacheco appliqué qui illustre le récit de Kieron Gillen. Le méchant va combattre l’extinction team formée par Cyclope et composée d’Emma, Colossus, Tornade, Magneto et Namor. Alors que l’équipe pense avoir vaincu leur adversaire, il est montré dans une ville à son image où tout est Sinistre. Un début sympathique, mélange d’action et de conversations, où le vilain semble avoir des plans plus intéressants que détruire les X-men ou le monde. Une série à suivre donc, qui n’est pas pour le moment extraordinaire mais a un potentiel.


Ma note: 7/10

2068775sinistercelestial1

Dans X-men Legacy, l’équipe de Malicia est en pleine expédition dans l’espace. Avec Magneto et Gambit ilXML2560001s se retrouvent en pleine guerre et la station spatiale dans laquelle ils se trouvent va être détruite dans peu de temps. La mission de sauvetage pour Marvel Girl, Havock et Polaris prend une toute autre tournure. Le scénario n’est pas assez intéressant, on s’ennuit un peu et pour ceux qui débutent la série sans avoir lu les précédents mensuels bonne chance pour comprendre. Les dessins sont eux moyens, je ne peux pas dire que ce soit laid mais ce n’est pas du grand art. Je n’ai donc guère apprécié le travail de Mike Kary et Steve Kurth. Tout n’est pas mauvais cependant, Malicia est bien traitée et se montre un leader charismatique.

Ma note: 3,5/10

Conclusion: un premier numéro assez intéressant avec de la diversité avec ces trois séries différentes. On regrette seulement le décalage temporel qui fait notamment que Magneto est dans deux séries à la fois et cela peut poser des problèmes dans la compréhension surtout pour les nouveaux venus. Un bon investissement, bien supérieur en terme de qualité qu’un Hulk, Thor ou Iron Man (les magazines).

Le fascicule: 6,5/10


 

Les Caméos de Stan Lee

Tout le monde connait Stan Lee, le grand créateur de chez Marvel, à qui l’on doit la création des Quatre fantastiques, des X-Men, de Hulk ou encore des célèbres Spider-man et Daredevil. Stan Lee est une légende vivante. Âgé aujourd’hui de 89 ans (il en aura 90 le mois prochain) Stan Lee a depuis peu décidé de se faire plaisir en apparaissant dans chaque production des studios Marvel. En voici la liste :
  • 1989 : Le Procès de l’incroyable Hulk - Juré Foreman
  • 2000 : X-Men - Vendeur de hot-dogs sur la plage au bord de l’océan.
  • 2002 : Spider-Man - Homme terrifié qui parvient malgré tout à sauver une petite fille lors de la première apparition du Bouffon Vert
  • 2003 : Daredevil - Lecteur inconscient sauvé par le jeune Matt Murdock
  • 2003 : Hulk - Gardien discutant avec Lou Ferrigno
  • 2004 : Spider-Man 2 - Apparition lors d’une courte scène où il empêche une personne de se faire écraser par des pierres. On le voit également traverser l’écran au ralenti derrière Peter Parker, lorsque ce dernier a jeté le costume de Spider-Man.
  • 2005 : Les Quatre Fantastiques - Facteur Willy Lumpkin
  • 2006 : X-Men : L’Affrontement final - Homme en train d’arroser sa pelouse lors de l’apparition de Jean Grey
  • 2007 : Spider-Man 3 - Homme qui dit à Peter Parker : « Vous savez, je pense qu’une personne peut faire la différence… Tout est dit ! » sur Time Square
  • 2007 : Les Quatre Fantastiques et le Surfer d’argent - Lui-même, refusé au mariage de Susan et Red Richards, il dit « Je suis Stan Lee ! » au videur l’empéchant d’entrer
  • 2008 : Iron Man - Lui-même, mais pris pour Hugh Hefner, créateur de Playboy par Tony Stark
  • 2008 : L’Incroyable Hulk - Homme qui boit une bouteille de soda brésilien contaminée par le sang de Bruce Banner.
  • 2010 : Iron Man 2 - Un journaliste confondu avec Larry King par Tony Stark
  • 2011 : Thor - Le camionneur qui détruit l’arrière de son camion en essayant de tirer Mjolnir
  • 2011 : Captain America: First Avenger - en tant qu’officier disant « Je l’imaginais bien plus costaud »
  • 2012 : Avengers - Il apparaît à la fin du film en passant aux infos. « Des super-héros à New York ? Mais vous me prenez pour qui ? »
  • 2012 : The Amazing Spider-Man - Un bibliothécaire rangeant des livres en écoutant de la musique. Derrière lui se déroule un violent combat entre Spider-Man et Le Lézard dont il ne se rend même pas compte.
Les Caméos de Stan Lee stan-lee1
En Avant Première : Stan Lee interprètera un juge lors d’un concours de beauté dans le futur Iron-Man 3 et à déjà confirmé sa participation dans Ant-Man le film, prévu pour 2014!
12

Bruits de Couloir |
Mitsuki's Attack |
Bess88 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MADE
| Ateliermagalijob
| Majd'Art...